Nos peurs …

Un magnifique court métrage qui raconte avec beaucoup de justesse et de poésie l’histoire de notre crocodile. Ici le crocodile représente la timidité de la jeune femme, mais la métaphore peut s’appliquer à toutes nos peurs. La peur est une émotion qui est ressentie en présence d’une menace ou d’un danger et elle est générée par notre cerveau …reptilien. C’est un instinct de survie archaique qui déclenche une réaction de fuite, d’aggression ou de figement, permettant d’un point de vue biologique d’échapper aux prédateurs.

Mais chez l’humain, la peur est aussi déclenchée par des dangers imaginaires ou irrationnels (phobies allant de la peur des araignées à celle du dentiste en passant par la peur des nains de jardin, du beurre, de la joie, des clowns ou des miroirs), des projections dans le futur (je vais rater, mourir, tomber malade), des stress récurents non résolus du passé (un accident de voiture, de ski, de vélo, une catastrophe naturelle, en tant qu’enfant avoir été oublié dans un magasin ou à l’école), des « films » internes (il ne va jamais m’accepter, elle va me trouver stupide …). Elle éteint notre capacité à raisonner, met notre système immunirtaire en mode « off » et nous fait vivre dans un état de stress plus ou moins important et permanent.

Au plus on la fuit, au plus elle nous poursuit, devenant de plus en plus grande et envahissante, jusqu’au jour où on décide enfin de la regarder en face et de la voir telle qu’elle est: « juste » une réaction excessive à notre environnement ou à notre vécu qui peut réajustée avec l’aide d’outils thérapeutiques.

Il était une fois un petit garçon, Sam, qui avait très peur du monstre caché dans l’armoire de sa chambre. Dès que ses parents éteignaient la lumière et sortaient de sa chambre, le monstre se faisait entendre. Ses parents avaient beau lui dire que les monstres n’existent pas, ouvrir les portes de l’armoire et lui montrer, qu’à part ses habits et ses jouets, il n’y avait rien, qu’il était un grand garçon maintenant, l’enfant SAVAIT que le monstre était là, attendant son heure. Et effectivement …. papa maman partis, le monstre apparaissait, grognant et grattant derrière la porte de l’armoire, menaçant d’en sortir et sûrement de venir le manger tout cru. Sam cherchait vainement à se cacher sous ses couvertures et son oreiller, tout son corps lui criait qu’il allait arriver une chose terrible. Son coeur avait envie de sauter par la gorge, il pouvait à peine à respirer et se retenait pour ne pas courir se réfugier dans le lit des parents.

Un jour, Grand-mère vint leur rendre visite. Sam courut vers elle, Grand-mère était la personne la plus douce sur Terre. Elle au moins le comprenait quand il lui racontait ses joies et ses peines. Ses cheveux blancs auréolaient son visage et sa voix si chaude le rassurait, comme si elle apportait la lumière dans un endroit sombre et effrayant. Elle au moins le cpomprenait quand il lui racontait ses peurs.

A voix basse, pour ne pas attirer l’attention de Papa Maman, il lui expliqua qu’un monstre se cachait dans son armoire et la prenant par la main, l’emmena vers sa chambre. Grand-mère ne se moqua pas de lui, ne lui dit pas que c’était stupide de croire aux monstres, au contraire. Elle posa des questions et lui demanda de lui montrer la cachette du monstre. »Ce soir, lui dit-elle, je resterai avec toi. »

Effectivement, elle s’installa dans un fauteuil en ignorant les remarques amusées des parents de Sam et se prépara à passer la nuit là. La lumière éteinte, les bruits commencèrent. Sam se mit à trembler, il avait presque envie de pleurer. Grand mère se dirigea vers l’armoire et d’un coup, ouvrit la porte…

Une souris terrifiée et pétrifiée la regarda, prise en flagrant délit de grignotage.

A partir de cette nuit là, Sam put enfin dormir sereinement, souriant au souvenir de sa peur du monstre-souris (qui avait été déménagé dans une vieille grange abandonnée).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :