Les croyances

Les croyances sont des convictions, des généralisations, des certitudes plus ou moins conscientes sur la « vie » et le monde. Ce sont les déductions faites à partir de notre éducation, héritées de notre passé, de notre entourage, de nos expériences qui sont devenues des vérités. Elles construisent notre vision du monde, conditionnent notre comportement et forgent notre identité, bien souvent à notre insu.

Nous en avons tous. Notre vie est basée sur notre système de croyances qui agit comme un filtre et nous fait percevoir le monde d’une certaine façon. Il y a les croyances qui nous portent, et les croyances qui nous limitent. Ce sont ces dernières que le thérapeute va travailler avec le patient.

Vous vous reconnaitrez peut être dans certains exemples:

  • Je n’y arriverai jamais
  • Le monde est dangereux
  • Il faut manger bio, souffrir pour être belle, travailler dur, faire des études pour réussir, aimer son prochain
  • Personne ne m’aime, veut de moi, me comprend, m’écoute
  • Je suis trop … (vieux, bête, gros …) pour …. (apprendre, changer, travailler, voyager, avoir un projet….) ou pas assez … intelligent, doué, mince
  • La thérapie c’est pour les fous 🙂
  • La vie n’est pas facile, trop dure, injuste …
  • Les autres ont une plus belle vie que moi, sont plus fortunés, plus amusants, plus intelligents
  • Je ne serai jamais riche, belle, mince, doué
  • Je n’ai pas le droit à l’erreur, de rater, de partir, de démissioner, de réussir …
  • Je ne suis pas à ma place
  • Je ne vaux rien
  • Je ne le mérite pas, je ne peux pas me le permettre
  • Je suis …. nul, moche, incapable, un raté, égoiste
  • J’ai peur de .… vieillir, échouer, essayer, voyager, être seule, manquer, mal faire
  • Je dois absolument ….
  • Je ne peux faire cela ou être ceci …. parce que …

Je vous propose d’essayer de trouver quelques unes de vos croyances limitantes. Il suffit de reprendre les mots en caractères gras et de compléter la phrase « à votre sauce ». Vous n’aimez pas un objet, une couleur vous déprime, un plat vous dégoûte, vous évitez un endroit ? Il y a croyance limitante sous roche….

En thérapie on ne s’attarde bien évidemment que sur les croyances qui vous limitent fortement et impactent la qualité de votre quotidien. Si vous vous trouvez nul(le), cela affectera votre vie bien plus que si vous avez la croyance que la couleur vert pomme est trop criarde ou que le Sahara est trop …. désertique.

Pour finir ce chapitre, voici une petite histoire:

Il était une fois dans un pays très lointain un petit village perdu dans la montagne, où vivaient six aveugles. Un jour, les habitants vinrent les trouver et leur dirent tout excités:  » Venez vite, des voyageurs sont venus avec un éléphant! » Il régnait une grande agitation dans les ruelles et tout le monde courut vers la place où se trouvait cet étrange animal que les habitants voyaient pour la première fois.

Les six aveugles se dépécherent de rejoindre les autres, car même s’ils ne pouvaient voir l’éléphant, ils pourraient le toucher et le décrire.

Le premier tendit la main et s’écria: « Wouah, c’est un tronc d’arbre! » en touchant une patte.

Le deuxième tâta la queue et répondit: « Oh non, c’est une corde! »

Le troisième effleura la trompe et corrigea: « Mais non, c’est un long serpent! »

Le quatrième enchaina en sentant le vent déplacé par les oreilles: « Nimporte quoi, c’est un grand éventail! »

Le cinquième affirma sans hésitation en caressant le ventre: « C’est une grosse outre ! »

Le sixième enfin attrapa une défense et annonça:  » Non, c’est un pieu pointu ».

Ils commencèrent à se disputer, chacun étant convaincu d’avoir raison. Un habitant leur demanda la raison de leur querelle et leur expliqua: « Vous avez tous raison, mais chacun n’a touché qu’une partie de l’éléphant. Ce n’est pas un tronc d’arbre, mais ses pattes sont comme des troncs d’arbre. Ce n’est pas une corde, mais sa queue y ressemble. Ce n’est pas un serpent, sa trompe y fait penser. Ce n’est pas un éventail, mais ses oreilles ont la même fonction. Ce n’est pas une outre, mais son ventre peut se remplir comme une outre. Ce n’est pas un pieu, mais ses défenses sont aussi dures. L’éléphant est tout cela à la fois: un corps constitué de 4 pattes, d’une trompe, d’une queue, de deux défenses, de deux oreilles et d’un ventre.

%d blogueurs aiment cette page :