Les thérapies corporelles

Dans les années 60, les (psycho)thérapies jusque là essentiellement basées sur le verbal, ont de plus en plus considéré la personne dans sa globalité: l’eprit et le corps. Le corps participe dorénavant à la dynamique thérapeutique en tant qu’élément indissociable du mieux être de la personne.

Selon l’approche de Wilhelm Reich, une émotion refoulée crée des tensions musculaires  (cuirasse musculaire somatique) et le corps devient ainsi une sorte de carte mémoire physique de notre vécu.

Ce qui ne s’exprime pas, s’imprime.
%d blogueurs aiment cette page :